La France :

Paris - Biarritz en vélo

1er jour : Départ de Paris
7ème jour : Arrivée sur la côte

 

Préambule : Entraînement minimum

Paris Biarritz en vélo a été mon premier grand voyage. J'avais à l'époque 17 ans, je venais d'avoir mon CAP de Plomberie et je profitais de mes premières vacances après 2 ans d'apprentissage dans une entreprise de plomberie ou le travail était intensif. C'était mes premiers jours de liberté après cette période de deux ans très dure. (de 16 à 17 ans, j'ai vraiment pu me rendre compte de la difficulté de la vie et du manque de considération dont sont injustement victimes les ouvriers). Lors de l'été 1996, j'ai donc effectué avec mon meilleur ami Mehdi et un copain Benoît un petit trip aventure en vélo. Ce trip avait pour but d'effectuer la distance qui séparait Paris du Sud Ouest de la France en vélo (jusqu'à Biarritz). A 17 ans, cela nous paraissait tout simplement extraordinaire. Notre entourage ne croyait pas que nous pourrions arriver au bout de cette aventure… Mais c'était mal nous connaître.

Nous étions donc trois :

Mehdi, mon meilleur ami (qui sera encore de la partie pour la traversée des USA !), Benoît un copain que nous avions en commun et moi. Nous avions tous les trois investis dans des vélos neufs avec un équipement adapté (des sacoches, un compteur…). Premier conseil que je vous donnerais, ne surtout pas vous encombrer de nourritures ou d'objets superficiels. Dans ce genre de voyage,

- il est indispensable d'être le plus léger possible.

Chaque kilo a son importance et peut accentuer la difficulté de la progression. La nourriture est d'autant moins importante qu'elle est très facile à trouver dans n'importe quel centre commercial (sur la route) à très bas prix et toujours fraîche (!) Il est par contre indispensable d'avoir une bonne carte des routes de France, un kit de réparation au cas où (tournevis, pince multiprise, chambre à air…), des gourdes d'eau, un cadenas et des vêtements de rechange (pas trop, afin de ne pas alourdir le vélo).
Prêt pour l'aventure!

Le début de ce voyage commença plutôt mal. En effet, Benoît hésitait à partir. Il ne croyait pas vraiment à la réalisation de cette aventure. Contrairement à moi et à Mehdi, qui étions sûr de nous et de nos chances de parvenir à Biarritz, Benoît semblait tout faire pour ne pas venir… Il faut dire que nous n'avions effectuer aucune préparation pour ce voyage. A part une excursion quelques semaines avant à la forêt de Fontainebleau durant un week-end et en vélo …

- nous avions failli nous entre-tuer !

Cela fut un week-end vraiment explosif qui mériterait un chapitre a lui tout seul !

Nous n'avions eu aucun problème physique pour parcourir les 70 Km qui séparaient Paris à Fontainebleau. Nous étions arrivés le soir à la forêt où nous avions fait un feu et nous nous étions endormis à la belle étoile. Mais nous avions tiré une leçon de ce week-end. Il fallait que chacun de nous soit autonome et que personne ne profite des autres. Car il faut savoir que durant ce week-end de test, l'un d'entre nous été tout simplement venu les mains dans les poches et avait profité de la nourriture et des différents avantages des deux autres.

- Nous avions décidé à l'unanimité de pratiquer une règle pour le grand voyage : la "règle du chacun pour soi" (!)

Aujourd'hui cette règle paraît complètement ridicule, voir comique mais sur le moment nous étions très sérieux et certain que c'était la manière la moins injuste qui soit. Même si nous n'hésitions pas à rigoler de notre situation qui pouvait parfois être à la limite du ridicule ! C'est dans cette atmosphère un peu spéciale que nous envisagions l'aventure qui nous attendait…

Cette idée de traverser la France en avançant à un rythme correct et économique nous paraissait vraiment motivante. Dormir à la belle étoile, avancer à notre rythme, sur les chemins que nous déciderions de prendre… Que d'arguments pour partir le plus vite possible ! Nous étions alors le 17 juillet 1996, le jour du départ…
Durant toute la durée de cette extraordinaire aventure (sans doute le voyage le plus enrichissant et le plus agréable que j'ai fais jusqu'à aujourd'hui), j'ai tenu chaque jour un journal où je décris les journées que nous vivons avec les joies, les disputes et les galères quotidiennes. C'est ce journal qui va décrire cette aventure…

 

Le grand départ...