Aventure mexicaine

Le Mexique est un pays qui nous a vraiment surpris par son degré de corruption et de vice. Etant originaire du Maroc, je savais bien que la corruption était monnaie courante en Afrique, mais je ne pensais pas (à cette époque) qu'il l'était également en Amérique latine. L'armée, la police, les gens sont (presque) tous aux ordres du plus offrant. Pas de justice possible ni de véritable démocratie pour ce pays s'il ne règle pas son problème de corruption (véritable fléau). Au moins, l'Amérique latine n'a pas le problème religieux (l'erreur selon moi de mélanger la politique à la religion) que peuvent avoir les pays d'Afrique (en plus du problème de corruption), ce qui me fait dire que la situation en Amérique latine est moins " désespérée " que ne peut l'être dans les pays arabe ou africains. Mais que faire pour les aider ?

Je pense qu'il faudrait tout d'abord établir des lois commerciales plus justes, avec des règles universelles qui ne favorisent pas uniquement une certaine catégorie de pays (Etats-Unis…). Par exemple, qu'un produit qui provienne du Sénégal ait les mêmes chances d'être exporté en France qu'un produit provenant des Etats-Unis. Plus de privilège pour les pays riches. Arrêtons cet impérialisme d'une autre époque. Je suis pour une égalité totale entre les pays du Nord et ceux du Sud sans passe droit. Ceci aurait l'avantage de favoriser les échanges commerciaux et donc d'être bénéfique au plus grand nombre en améliorant la situation économique de l'ensemble du monde.

Mais il ne nous sera possible d'aider les pays du sud qu'une fois que ces pays auront une réelle démocratie sans corruption. Car donner de l'argent à des dirigeants véreux ne feraient qu'enrichir les élites de ces pays, ce qui n'arrangerait en rien la situation économique du pays. Bien d'autres enjeux entrent en comptent (notamment le fait que rien ne pourra sans doute se faire tant que les Etats-Unis - qui sont en attendant l'Europe les seuls à avoir le pouvoir de changer les choses - n'auront pas la volonté d'arranger les choses dans le monde au lieu de chercher le profit à tout prix en protégeant leurs intérêts personnels) mais je pense aujourd'hui que la priorité pour un monde meilleur est la création d'une Europe forte (avec une armée et un pouvoir de décision) qui puisse rivaliser avec l'arrogance des " Maîtres du monde " (je pense notamment à leur volonté égoïste et arrogante de faire bénéficier leurs soldats d'une immunité exceptionnelle les protégeant de la justice internationale …).

pour obtenir un permis de circuler avec notre voiture. Alors que nous avions réussi à passer le plus gros barrage douanier sans payer (en faisant un détour par le désert) nous tombons sur une patrouille militaire qui vérifie justement les fameux permis de circuler. Au culot et avec un peu la peur au ventre, nous improvisons une véritable pièce de théâtre en plein désert. Anecdote : Nous sortons de la voiture et le militaire nous demande notre " permito " (Permis de circuler avec la voiture). Nous faisons semblant ne pas comprendre ce qu'ils nous demande (alors que notre niveau d'espagnol est tout à fait correct) en mimant l'incompréhension. Au bout de quelques minutes, alors que les militaires commencent à s'énerver, je réponds sur un ton naïf en faisant semblant d'avoir compris et en regardant Mehdi " Ah, el Permito ! " et je sors… (vous avez deviné ?!) mon permis de conduire ! (appelé aussi permito !). Mehdi comprend mon cinéma et rentre à son tour dans le jeu : " Este el permito ! ". Le militaire nous dis que ce n'est pas ça et là, nous lui montrons les diverses traduction du permis de conduire international en insistant sur la traduction espagnol faisant vraiment mine de ne pas comprendre. Les militaires se regardent et commencent à sourire, se disant sûrement qu'ils sont tombés sur deux touristes sympas mais totalement naïfs. La complicité est instaurée, c'est là que nous en profitons pour sympathiser et leur faire comprendre que nous sommes de pauvres touristes sans argent qui traversons les States et que nous voulons juste voir Chihuaha. Ils insistent pour que nous payons le fameux permis de circulation et au bout d'une longue discussion, ils finissent par nous serrer la main et nous laisse partir en nous souriant !
Pour revenir à notre passage par le Mexique, nous avons mis deux jours pour arriver à Chihuahua en passant par des petites routes sablonneuses pour éviter le poste frontière. Car il faut savoir que les voitures étrangères sont taxées de la somme de 15$ (plus si le garde frontière est bourré !)

A peine partis que nous explosons de joie en riant sans pouvoir nous arrêter ! Nous venons d'économiser 15$ et surtout d'avoir bluffer un poste frontière constitué de militaires mexicains ! Musique à fond et avec le sentiment d'être les maîtres du monde nous continuons notre route jusqu'à Chihuaha. La ville en elle-même n'a rien d'exceptionnel, c'est l'aventure que nous avons vécue entre les différents villes que nous garderons en souvenir.

 

 

Nouvelles Orléans - Miami...