Réformer les aides sociales

 

Une solidarité chômage plus réaliste

La France a besoin de réformer ses aides sociales afin de les rendre plus efficaces sur le long terme et éviter de rajouter de nouveaux déficits aux 1000 milliards d'euros déjà existants. Le fonctionnement de l'Unedic, qui est l'organisme qui paye les chômeurs, doit être modifié d'urgence. Avec un déficit record d'environ 13 milliards d'euro pour 2004, l'Unedic ne peut continuer à fonctionner de cette manière. Les Assedics inscrivent chaque jour des centaines de personnes qui viennent de perdre leur travail et en fonction de leur période passée au sein de l'entreprise, ils sont rémunérés (environ 60% de leur salaire) durant une durée plus ou moins longue (de six à vingt trois mois). Ce système n'incite malheureusement pas certains chômeurs à trouver du travail et participe à créer une société d'assistés qui nuit au travail et à l'économie du pays.

En Espagne, il faut travailler beaucoup plus pour une durée d'indemnité chômage beaucoup plus courte. Je propose de réformer ce mode de rémunération en réduisant la durée de chômage à six mois maximum payés par l'Unedic, à partir du septième mois l'Unedic s'engagerait à continuer la rémunération du demandeur d'emploi (pour une durée maximum d'un an) et lorsque celui-ci trouverait un travail, il devrait rembourser progressivement la somme avancé par l'Unedic depuis le septième mois. Ainsi, l'Assedic continuerait à être solidaire des chômeurs mais de manière plus réaliste. Chaque chômeur bénéficiera de six mois " gratuit " où il devra tout mettre en œuvre pour trouver un travail et il ne sera pas dans son intérêt de prolonger sa période d'inactivité. Et quand bien même il dépasserait cette période de six mois, il lui restera la possibilité de bénéficier de la continuité de son salaire de chômeur qu'il devra rembourser par la suite lorsqu'il le pourra. Cette réforme sera beaucoup plus juste et permet de préserver l'assurance chômage tout en réduisant très fortement son déficit. L'objectif étant que l'Unedic n'ait de déficit pour pérenniser l'assurance chômage sur le long terme.

Proposer un RMI plus juste et améliorer son rôle d'insertion

Le RMI (Revenu Minimum d'Insertion) est profondément injuste et ne motive pas les personnes qui en bénéficient à travailler. Il faut savoir que lorsqu'une personne au RMI trouve un travail, elle perd automatiquement son RMI et devra d'ailleurs attendre trois mois si jamais elle souhaite l'obtenir à nouveau. L'attribution du RMI n'est pas assez flexible et surtout elle peut même parfois faire perdre de l'argent à ceux qui le quitte pour travailler. Il faut absolument changer cela afin d'être plus juste et d'inciter les personnes aux RMI à travailler. On pourrait par exemple permettre à une personne au RMI qui trouve un travail, de continuer à percevoir une partie de son RMI tout en percevant son nouveau salaire et ceci pendant une certaine durée.

 

 

Améliorer les transports...