Le problème de l'insécurité enfin résolu

 

Une meilleure adéquation des ressources et des besoins policiers

L'insécurité est un problème grandissant et pour lequel les hommes politiques n'ont pas encore trouver de réelle solution. Il me semble important de réagir concrètement et de manière à ce que chaque Français puisse se sentir en sécurité lorsqu'il se promène, emprunte les transports et ceci à toute heure du jour et de la nuit et à n'importe quel endroit du territoire français. Les femmes sont les premières victimes des problèmes liés à l'insécurité et c'est essentiellement pour nos femmes et nos enfants (futurs ou actuels) qu'il est urgent de réformer significativement les problèmes d'insécurité. Il faut tout d'abord que nos services de police soient beaucoup plus présent dans les endroits sensibles où le danger et la délinquance est plus grande.

Un dimanche de fin d'après-midi, alors que je me baladais avec un ami dans un arrondissement huppé de la capitale, nous nous sommes retrouvés en face d'une patrouille considérable de policiers… huit au total ! Et que faisaient-ils exactement ? Et bien, ils étaient tous les huit rassemblés autour d'une pauvre automobiliste qui avait eu le malheur d'oublier de mettre sa ceinture de sécurité par une aussi belle journée. J'ai trouvé cela aberrant. Comment peut-il y avoir huit policiers dans un quartier bourgeois de Paris une fin d'après-midi de dimanche pour des contrôles routiers alors qu'ils seraient beaucoup plus utiles dans une ville de banlieue telle que Bobigny ou Bondy… Il faut augmenter le nombre de postes de police en banlieue dans les villes et quartiers sensibles, ainsi que leur présence autour des lieux de transports (source d'insécurité). Et ces huit policiers n'ont absolument rien à faire dans un quartier tranquille pour des contrôles routiers. La priorité est avant tout de réduire les actes de violence et d'agressivité. C'est une priorité qui passe avant les contrôles routiers et avant la protection des quartiers déjà bien calme.

Développer les caméras de surveillance dans les lieux publics

Il me semble primordial de développer l'usage des caméras de surveillance dans les lieux publics. Des caméras discrètes et qui ne gêneraient que les délinquants. Je sais bien qu'une partie de la population y serait hostile mais cela serait bénéfique pour le plus grand nombre et apporterait un climat plus serein. J'ai été surpris un jour de voir une multitude de caméras dans le quartier latin à Paris. Elles sont particulièrement discrètes et si on essaye pas volontairement de les voir, elles restent invisibles. Pourquoi ne pas développer ce type de caméras dans les lieux publics à difficulté où des actes de délinquance auraient été enregistré ? Ces caméras seraient reliées à un bureau de surveillance qui pourrait agir rapidement. Un système qui n'apporterait que des avantages. L'intimité des français serait bien entendu respectée et il serait formellement interdit de filmer un lieu privé. Pourquoi ne pas développer ces caméras de surveillance afin de proposer à notre police un outil performant au service des honnêtes citoyens ?

Plus de policiers en civils

Je ne comprends pas pourquoi les policiers sont majoritairement habillés en tenue de police. Bien sûr la présence policière est une dissuasion utile mais il faut plus de policiers en civils. Pour constater des infractions et intervenir plus fréquemment, il serait plus utile que les policiers soient majoritairement en civils. En plus de pouvoir constater un nombre de délits plus important, ils pourraient également donner le sentiment à la population d'être potentiellement partout. Chaque délinquant aurait ainsi le sentiment d'être en " insécurité ", et serait plus tenté de modérer ses attitudes. Alors que lorsque le policier porte sa tenue, il lance une sorte d'avertissement aux délinquants.

Augmenter le contrôle des policiers

La CNDS (Commission Nationale de Déontologie de la Sécurité) à montré une augmentation considérable de bavures policières pour l'année 2004. Plus grave encore, il semblerait que ces bavures soient d'origines raciste ou discriminatoire. Les personnes d'origines maghrébines ou africaines en seraient les premières victimes. Il faut lutter prioritairement contre les bavures liées aux discriminations. Les policiers doivent majoritairement interpeller des jeunes français d'origine maghrébines (souvent impliqués dans les délits) et ils font ensuite l'amalgame lorsqu'ils rencontrent des personnes similaires mais avec d'autres intentions. Ce type d'amalgame est tout simplement inadmissible et mérite clairement des sanctions exemplaires (condamnation judiciaire, relever définitivement ou momentanément le policier de ses fonctions…). Il faut augmenter le nombre de contrôle des policiers et sélectionner les policiers sur de meilleurs critères (une police à l'image de la population…). Enfin, il faut que les recours contre une bavure policière puissent être traités le plus rapidement possible et dans le respect de la victime.

Une police à l'image de la population et plus tolérante

J'ai une très grande estime pour la police que je respecte profondément, je souhaiterais juste qu'ils soient plus dignes et fiers de leur métier. Les policiers représentent la République française et doivent donc se montrer exemplaires de part leur calme, leur sens de l'impartialité et de médiation. Ce qui n'est malheureusement pas toujours le cas, à cause en partie du fait que les personnes qui sont recrutées n'ont pas cette conviction et cette foi en la France et d'autre part il est évident que la police n'est pas représentative de l'ensemble de la population. Pourquoi ne pas recruter plus de policiers français originaires du Maghreb ou d'autres régions africaines ? Cela serait sans doute très bien perçu par l'ensemble de la société et contribuerait à lutter contre les préjugés (personnes issus de l'immigration = sauvageons). Actuellement, la police n'est pas suffisamment respectée par la population car la population ne se reconnaît pas dans sa police. Il me semble important que la police soient valorisées auprès de la population à travers des campagnes de communication au niveau national (spot télé) et régional (distribution de cadeaux aux jeunes méritants lors de tombola par exemple…).

Souvent, l'image de la police est associée à l'arrogance. Les policiers devraient être les personnes les plus humbles que l'on puisse rencontrer car ils n'ont rien à prouver et surtout ils ont un pouvoir considérable qui les placent au-dessus des individus qu'ils sont amenés à rencontrer (par le fait de les interroger, d'avoir le pouvoir de les pénaliser…). Et c'est pour cela, qu'ils doivent montrer l'exemple à l'ensemble de la population en étant les plus ouverts possibles, les plus simples et sans jouer les " cow-boys ". Au contraire, ils doivent selon moi être décontractés, rassurants et souriants. Il serait d'ailleurs plus opportun de remplacer l'expression " force de police " par " service de police " qui serait plus appropriée à une police proche de la population et à son service. Au lieu de recruter la police par un concours écrit discriminatoire, il serait plus judicieux de valoriser la motivation des candidats, leur capacité de médiation, leur foi en la justice et en la République. C'est avec une police bien dans sa peau et heureuse de faire son travail que notre société sera mieux protégée.

Sanctionner beaucoup plus sévèrement les actes de violence

Les actes de violence ne sont pas assez sanctionnés par la loi et la justice alors qu'ils sont sans doute ce qu'il y a de pire après les actes de pédophilie, les viols et les crimes. Il faut augmenter les sanctions liées à des actes de violences physique, psychologique ou verbal. Le manque de respect et la violence doivent être sanctionnés de manière exemplaire (perte de liberté, forte amende qui sera versée à la victime…) afin d'endiguer ce fléau qui touche notre pays de plein fouet et qui augmente sans cesse chaque année. Ce changement d'attitude de la loi et de la justice doit être une priorité politique afin de changer les mentalités et d'expliquer la gravité d'un acte de violence au sein d'une société démocratique.

Un fichier informatique généralisé pour une sécurité moderne et efficace

Ceci est sans doute la réforme la plus importante concernant l'insécurité. Je propose de créer un fichier informatique sécurisé contenant les informations génétiques et les empruntes digitales de l'ensemble des Français et des personnes entrant sur le territoire français. Ces informations seront conservées dans un fichier ultra sécurisé et disponible pour les services de police. Je pense que sur une période de dix ans maximum (à chaque renouvellement de la pièce d'identité ou de la carte de séjour), l'ensemble de la population se trouvant en France serait enregistrée. Cela serait le moyen le plus moderne et le plus efficace de lutter contre l'insécurité. Ainsi, en un temps record et avec un maximum d'efficacité, un individu ayant le même ADN ou les mêmes empruntes serait retrouvé et pourrait ensuite se justifier ou être condamné s'il est coupable. Il faudra faire particulièrement attention aux abus que peux engendrer un tel fichier. Ce fichier ne sera destiné qu'aux forces de police et de gendarmerie et n'aura aucune autre finalité. En plus d'une sécurisation maximale (au jour d'aujourd'hui cela ne poserait aucun problème de sécurité), il ne serait pas en soit le moyen de condamner un individu automatiquement. Il aura pour objectif d'orienter fortement l'enquête vers un individu et donnera donc une piste certaine aux enquêteurs. Ensuite, tout dépendra de l'alibi de cet individu, des autres preuves et bien sûr du verdict final du juge.

En plus de toutes ces précautions, il faudra sûrement créer une sorte de " Conseil de la Sécurité et des Libertés Individuelles " qui aura pour fonction de surveiller le bon fonctionnement de ce fichier en évitant le moindre abus sur les libertés individuelles et les injustices qui pourraient advenir. Chaque individus accusé par ce fichier pourrait, s'il le souhaite, voir son jugement examiné par ce Conseil (qui pourra par exemple vérifier si tout s'est passé correctement et s'il n'a pas été victime d'une conspiration ou d'une injustice…). Ce Conseil aurait un peu le rôle du CNIL (Commission Nationale de l'informatique et des libertés) actuel mais avec un pouvoir d'action assermenté par l'Etat. Ainsi, ce fichier apporterait une plus grande liberté pour l'ensemble des individus en augmentant considérablement leur sécurité. Bien évidemment, des voix s'élèveront pour critiquer ce projet sous l'angle de la liberté individuelle. A ceux-là, je leur poserais cette question : A-t-on plus à perdre ou à gagner d'avoir un fichier qui permettrait à notre police d'analyser en temps réel les empreintes trouvées sur les lieux d'un crime ou encore l'ADN contenu dans un cheveu et de le comparer à toutes les personnes vivants officiellement en France ? Où est la réduction de liberté individuelle ? Est-ce négatif de vouloir une société plus juste, plus moderne, plus sécurisée et qui augmenterait la liberté des honnêtes citoyens ?

 

 

Pour une discrimination positive...

C'est comme si un renard, au lieu d'être le plus discret possible, décidait de se mettre une clochette autour du cou. Au lieu d'attraper sa proie, elle l'avertirait de sa venue et lui laisserait le temps de s'enfuir. Ce n'est pas le sentiment d'insécurité qu'il faut vaincre, c'est l'insécurité réelle, celle de tous les jours qu'il faut faire baisser de manière significative et sur le long terme.