La réforme de l'Etat

 

Voter un planning strict pour rembourser la dette publique

La France souffre. Plus de personnes âgées, moins de jeunes, une part trop importante de fonctionnaires, un taux d'imposition parmi les plus hauts du monde, une fracture sociale source d'insécurité et une peur de l'avenir. Pour améliorer le quotidien du plus grand nombre, il me semble indispensable de réformer profondément l'Etat. Selon moi, l'Etat doit être le garant de nos institutions et doit principalement axer ses efforts et ses investissements autour de certains axes fondamentaux : la santé, l'éducation, la justice et la sécurité ainsi qu'une protection sociale de qualité et réaliste... La majorité des autres secteurs doit selon moi être du ressort du secteur privé (hormis quelques exceptions telles la culture même s'il me semble primordial de développer le mécénat…). Dans un monde ultra concurrentiel où les frontières deviennent de plus en plus faciles à franchir, la France est contrainte d'adapter son économie, son mode de fonctionnement et donc sa politique. Je pense qu'il ne faut pas alourdir inutilement l'Etat avec des secteurs qu'il n'est pas en mesure de gérer correctement. Mon raisonnement est simple, mais a le mérite d'être réalisable.

Je pense qu'en réduisant le nombre de fonctionnaires (en profitant du départ massif à la retraite de fonctionnaires prévu dans les 5 prochaines années) et en reformant l'Etat (simplifier les services publics pour un gain de temps et d'argent, modifier les méthodes de travail, faire la chasse aux gaspillages…), nous pourrions payer beaucoup moins d'impôts et donc dépenser plus, ce qui créerait une plus grande croissance et permettrait à la France d'avoir une meilleure santé économique. La France perçoit une recette fiscale d'environ 700 milliards d'euros par an, ce qui comprend l'impôt sur le revenu, la TVA, la CSG… La France vie actuellement bien au-dessus de ses moyens, son endettement dépasse 1000 milliards d'euros ! Soit plus de 60% de son PIB (les ressources produites en France) et il est urgent de mettre un plan sur la durée pour rembourser totalement sa dette en fixant une échéance précise (sorte de rétroplanning). Il est plus que temps de réagir et de trouver les solutions pour que les recettes fiscales soient supérieures ou voir équivalentes aux dépenses tout en baissant progressivement de manière significative la part des prélèvements sur les Français. Et pour cela, il n'y a pas d'autre choix que de réformer progressivement les infrastructures, les Institutions territoriales, les ministères et de lutter contre le gaspillage d'Etat.

La première des priorités est le remboursement de la dette publique française. C'est sans doute la priorité la plus importante pour la crédibilité et l'avenir de la France. Il faut rembourser la dette publique et s'y engager fermement avec un planning et une échéance précise qui soit réaliste et qui tienne compte de réformes importantes à venir pour notre pays (l'éducation…) afin de nous laisser une marge de manœuvre pour tenir une politique de réformes et de progrès. Comment expliquer que tous les derniers hommes politiques qui ont pu avoir accès au pouvoir (hormis quelques rares ministres) n'ont jamais vraiment mis en avant la priorité de réduire ce déficit reccord de 1000 milliards d'euro pour 2004 ? Comment expliquer que l'on en soit arrivé là et que rien n'ait été fait pour essayer de réduire significativement le gaspillage d'Etat ? C'est en mettant en parallèle cette dette publique faramineuse et " l'affaire Gaymard " concernant l'appartement de fonction au loyer de 14000 euros payé par l'Etat que je comprends pourquoi les français sont dégoutés de la politique. Comment cautionner de telles dépenses en sachant que la France est endettée pour des décennies ! Ceci me semble irresponsable et intolérable, il faut changer cela et pratiquer une politique responsable qui pense avant tout aux Français et aux intérêts de la France. Je propose donc de voter un planning sur une durée précise que l'Etat s'engagerait à respecter quel que soit le pouvoir en place (car il faudra des décennies avant de rembourser cette dette laissée par les précédents hommes politiques), une sorte de pacte de stabilité interne à la France. Il en va de notre crédibilité et de notre responsabilité afin de préserver les générations à venir.

Simplifier les infrastructures territoriales

La France compte environ 36 000 communes, soit environ 50% des villes européennes. Ce qui en fait le record du monde ! Il faut imaginer que la plupart de ces communes ont des infrastructures qui leur sont propres, un maire, des conseillers municipaux, des ordinateurs, des fournitures, un budget… Et tout ceci est bien sûr payé par le contribuable. Il y a en France pas loin d'une centaine de départements affiliés aux différentes régions. Ceci a l'inconvénient de complexifier et d'alourdir les dépenses publiques. Chaque département a un président, des conseillers et des infrastructures coûteuses qui sont loin d'être toujours efficaces. Ne pourrait-on pas réduire le nombre de communes et réformer les Institutions territoriales afin de simplifier et d'alléger le poids des dépenses publiques ?

Proposer un service fiscal unique plus simple et efficace

Comment expliquer qu'un pays comme la Suède fait fonctionner son ministère de l'économie avec environ 500 fonctionnaires alors que la France, pour le même ministère, utilise plus de 8000 fonctionnaires à Bercy ! Et ce sont au total environ 180 000 fonctionnaires qui dépendent directement ou indirectement du ministère de l'économie (trésoreries générales…). Avec des services moins modernes, moins transparents, moins rapides et surtout beaucoup plus coûteux et donc moins efficaces. On pourrait à la place employer plus de fonctionnaires dans les métiers liés à l'éducation, synonyme d'avenir. Comment les hommes politiques peuvent-ils cautionner cela ? Tout simplement par manque de courage ou de volonté. Tout le monde s'accorde à dire que le ministère de l'économie pourrait fonctionner tout aussi bien (et voir même avec plus d'efficacité !) avec deux fois moins de fonctionnaires, mais personne n'ose s'attaquer à ce " mammouth ".

Pourquoi par exemple doit-on toujours remplir sa déclaration d'impôt chaque année avec tous les risques d'erreurs que cela engendre, alors qu'il serait plus simple, plus pratique et économique pour tout le monde de le prélever à la source ? C'est pourtant du bon sens ! Il faut simplifier les différentes administrations fiscales en les fusionnant en un service fiscal unique. Pourquoi continuer à conserver quatre administrations fiscales (le fisc, le Trésor, douane et l'Urssaf) alors qu'elles pourraient former un seul et même service fiscal qui aurait l'avantage d'être plus efficace, plus simple pour le contribuable et plus économique pour l'Etat ? Cette réforme devrait sans aucun doute avoir l'aval direct des français au travers d'un référendum afin de ne pas subir le corporatisme des puissants syndicats de Bercy (Christian Sautter, ancien ministre de l'économie avait dû démissionner après avoir voulu proposer un service fiscal unique).

Intégrer l'impôt sur le revenu à la CSG

Sur environ 700 milliards d'euros de recette pour la France (tous impôts confondus), l'impôt sur le revenu n'est que de 50 milliards d'euros soit environ 7 % des recettes fiscales sur une année. Ceci est surprenant surtout lorsque l'on sait que c'est l'un des impôts les moins populaires. Pourquoi ne pas supprimer cet impôt si douloureux à payer chaque année et le réintégrer avec la CSG (Contribution Sociale Généralisée) tout en diminuant significativement sa valeur ? En plus d'être plus juste car le même pourcentage pour tous, l'impôt de la CSG a l'avantage d'être prélevé directement sur les salaires. Quelle joie et quel symbole cela serait, si on supprimait l'impôt sur le revenu. Les Français si souvent moroses auraient vraiment la sensation d'un changement radicale, même s'ils continueraient à payer cet impôt ailleurs, mais d'une façon plus juste, plus simple et plus réduite. Et pour réduire le montant des recettes, il n'y a pas d'autres alternatives que d'agir sur les dépenses en les réduisant et en luttant contre le gaspillage d'Etat. Pour cela, il faudra tout d'abord commencer par réduire le nombre de fonctionnaires. Il suffit pour cela de profiter des départs massifs en retraite qu'il va y avoir d'ici les prochaines années afin de ne pas renouveler certains postes (ministère de l'économie par exemple) et faire muter les fonctionnaires en surplus dans un secteur vers un secteur plus utile. Pour cela, il faudra bien évidemment réformer le statut des fonctionnaires. Avec une seule idée, mettre le citoyen français au centre du système et non pas un système tourner autour des fonctionnaires.

Réformer le statut des fonctionnaires

Il me semble assez surprenant de voir qu'un fonctionnaire recruté pourra conserver son emploi toute sa vie sans être inquiété d'être licencié pour incompétence. Ceci me semble complètement inadapté au monde actuel et surtout à l'efficacité de l'Etat vis-à-vis des français. Cette sécurité de l'emploi a été instauré dans le but que les fonctionnaires puissent exercer leur emploi sans avoir peur de le perdre et sans redouter des pressions politiques. Ceci n'est plus d'actualité lorsque l'on connaît la puissance des prud'hommes, des médias, des syndicats et de la pression populaire. Je propose donc de changer le statut des futurs fonctionnaires (car impossible de modifier celui des fonctionnaires déjà au sein de l'Etat) en supprimant cette clause d'emploi à vie. Cela apportera une plus grande flexibilité à l'Etat et permettra d'avoir des services plus efficaces.

Réduire le gaspillage d'Etat

La Suède est un pays qui mérite notre respect de part son fonctionnement actuel et surtout sa grande transparence liés aux dépenses. Malgré un des taux d'imposition les plus hauts dans le monde (plus de 50% !), les Suédois veulent payer encore plus d'impôt. Leur logique est tout à fait compréhensible, car ils savent exactement où vont leurs impôts et savent qu'il n'y aura ni abus, ni détournements crapuleux, ni dépenses superficielles ou inutiles et que chaque euro sera contrôlé et investi avec justice dans l'économie suédoise. Ce qui est loin d'être le cas en France. Comment expliquer qu'un ministre de l'Etat puisse avoir un appartement de fonction de 600 m² payé 14000 euros par mois (sans parler des multiples avantages que nous ne connaissons pas et dont ils doivent bénéficier) ! Quel choc pour les Français de découvrir un tel abus, qui je suis sûr ne doit être qu'une infime partie, la partie visible de l'iceberg. Il faut revoir l'ensemble des dépenses publiques liées aux hommes politiques et aux hauts fonctionnaires et réduire les avantages matériels tel que le nombre de voitures de fonction, les budgets de réception, les frais de bouche… Par exemple, au lieu de rouler en berline toutes options, je propose que les membres du gouvernements et les hauts fonctionnaires montrent l'exemple en roulant en voiture non polluante et de petite taille. Cela coûterait beaucoup moins cher au contribuable tout en apportant une image plus humble des hommes politiques. Il faut que l'Etat montre l'exemple et soit irréprochable dans son rapport à l'argent car cet argent ne lui appartient pas directement et ainsi il sera plus utile dans des secteurs clés (éducation, santé…).

Moderniser et simplifier le mode de vie des hommes politiques

Je suis toujours impressionné par le côté froid et élitiste que dégage la majorité des Institutions politiques. Des décorations en dorure au style monarchique qui créent une distance certaine entre les détenteurs du pouvoir et le peuple... Il faut moderniser et simplifier le plus possible les Institutions politiques afin de les rendre plus proches du peuple, plus transparents et plus accessibles. Il suffit de comparer la froideur et le style monarchique de l'Elysée avec son homologue anglais le 10 Downing Street. J'ai été surpris du contraste entre les deux lieux qui ont pourtant la même fonction : servir le peuple. A Londres, les bureaux du 1er Ministre sont simples, modernes et beaucoup plus ouverts à la presse et donc au peuple. Alors qu'en France, l'Elysée et les différents ministères ressemblent à des sanctuaires intouchables et isolés du peuple. Je souhaite rendre la politique accessible à tous en essayant de simplifier le mode de vie des hommes politiques. Pourquoi ne pas vendre une grande partie du patrimoine mobilier et immobilier afin de le réaménager avec un mobilier plus simple et plus moderne ?

Il faut simplifier la décoration des Institutions publiques (Elysée, Matignon, Ministères…) et essayer de les rendre plus transparents et plus accessibles à la population à travers une plus grande communication vers les médias. Il faut également simplifier les réunions de longues distances en utilisant des moyens de communication plus modernes. Par exemple, la vidéoconférence doit être favorisée lorsqu'elle est possible pour des discussions internationales. Les déplacements à l'étranger ne doivent pas être trop sollicités car ils sont souvent très coûteux pour le contribuable et pourraient souvent avoir la même efficacité au travers d'une vidéoconférence. Le coût serait moindre et le temps de déplacement serait économisé. Il faut bien entendu que les homologues étrangers soient d'accords, mais l'idée est pragmatique et a tout pour séduire. Chaque denier public doit être investi avec précaution afin qu'il puisse permettre la réalisation de réformes importantes pour les Français.

Arrêter de faire l'apologie du passé

Je trouve que la France se tourne trop souvent vers le passé à travers ses multiples commémorations annuelles. Le passé (à travers l'histoire) est primordial pour mieux comprendre l'avenir mais lorsqu'il est trop important, il parasite le présent et donc le futur. Il suffit de regarder l'information française pour voir le poids du passé dans notre vie alors que les projets d'avenir ne sont presque jamais présents dans l'actualité. Les coûts de l'ensemble des commémorations (dont le 14 juillet) doivent être revu afin de les simplifier et d'éviter les gaspillages inutiles. A quoi sert exactement le défilé du 14 juillet ? Est-ce vraiment utile de monopoliser autant de personnes, de service d'ordre, de bloquer des rues entières ?… Tout cela pour montrer au monde la capacité militaire française et pour suivre encore et toujours les traditions. Et que penser des paroles de la Marseillaise ? Elles n'ont pratiquement aucun sens pour la plupart des français et sont tournées vers un passé obscure. Pourquoi ne pas lancer un projet pour la création de nouvelles paroles, plus modernes et plus en phases avec la France d'aujourd'hui ?

Je suis un homme d'avenir et les traditions sont souvent synonymes d'exclusion et de corporatisme à mes yeux. Il en faut toutefois mais avec modération et surtout discrétion. Au lieu de procéder à un défilé aussi arrogant qu'inutile, la fête nationale du 14 juillet pourrait être un lieu de fête dans l'ensemble du territoire en privilégiant la simplicité et la convivialité loin des artifices et des paillettes militaires… La séparation de l'Eglise et de l'Etat date maintenant d'un siècle et pourtant je ne trouve pas que cela soit le cas actuellement en France. Il suffit de voir l'ensemble des Eglises sonner pour le comprendre. Accepterait-on d'entendre des mosquées crier à travers des hauts parleurs leur appel à la prière ? Certainement pas je pense, et c'est tant mieux pour l'ensemble des Français car la France est un pays laïque où chaque culte peut s'exprimer dans l'intimité. Hors, le poids des traditions autorise ce qui ne devrait pas être le cas dans un pays laïque. Il y a une Eglise pas loin de chez un ami, elle sonne toutes les quinze minutes et le dimanche matin à 11h, elle se met à résonner durant plusieurs minutes au détriment des non croyants ! Ceci me semble contraire à la laïcité. J'ai bien sûr écrit au maire de la ville en question et celui-ci s'est empressé de m'écrire une longue lettre m'expliquant les vertus de la tradition française… Ceci me semble profondément anormal, la tradition ne doit pas étouffer et rejeter les individus de la société moderne. Il faut respecter le passé mais arrêter de faire son apologie et se tourner vers l'avenir.

Modifier la sélection des concours de la fonction publique

Les concours actuels de la fonction publique me semblent profondément injustes et inefficaces. Basés principalement sur des notions théoriques et intellectuelles, les concours ne permettent pas de recruter les meilleurs profils pour un poste donné. Je propose de modifier radicalement les modalités de sélection des concours de la fonction publique. Il y a de nombreux individus qui ont toutes les qualités pour être d'excellents fonctionnaires (sens du service, de l'écoute…) et qui ne réussissent pas les concours. Il faut privilégier une sélection basée sur la motivation, le sens du service et les qualités personnelles de chaque individu. Bien entendu, il est important de savoir lire, écrire, compter, s'exprimer. Mais ceci peut venir s'ajouter à un entretien oral de motivation et de compétence. Ainsi nous aurons plus de chance d'avoir des fonctionnaires performants et heureux de ce qu'ils font pour la plus grande joie de l'ensemble des Français.

Diviser par deux le nombre de ministère, le salaire des ministres et des députés

La France détient un nombre de ministère trop important. Chacun de ces ministères coûte une petite fortune à gérer (voitures, loyers, salaires, avantages divers, réceptions…) et ne contribue pas à une grande lisibilité de la politique aux yeux des Français. Il me semble primordiale que les Français connaissent les ministères et les ministres qui sont censés travailler pour eux, afin de se sentir proches de la politique et d'enfin s'y impliquer (ce qui est loin d'être le cas aujourd'hui). Pour que l'Etat soit efficace dans une société démocratique et libérale, il faut qu'il restreigne ses prérogatives et principalement aux secteurs clés (éducation, santé, sécurité…). Pour ce qui concerne les autres domaines, l'Etat doit évidemment être présent mais essentiellement comme régulateur. En plus d'être plus rentable, l'Etat serait plus lisible et beaucoup plus efficace dans les domaines qui le concerne. Je pense que nous pourrions réduire le nombre de ministère par deux assez facilement.

J'ai appris dernièrement que le salaire des ministres s'élève à environ 13 000 euros par mois et encore sans compter les multiples avantages (logement de fonction, chauffeur, femme de ménage…). Ceci me semble exorbitant, même si je pense que le travail de ministre doit demander une grande charge de travail (pour moi un ministre devrait au moins travailler 80 heures par semaine), mais je considère que c'est un privilège que de pouvoir exercer une telle fonction et qu'en tant que tel, le salaire devrait être moindre par respect envers les Français. 6000 euros par mois me semble tout à fait suffisant pour un emploi aussi passionnant et qui procure autant d'avantages. Ceci devrait également être appliqué au salaire des députés. Il est urgent de faire la chasse au gaspillage, c'est le prix à payer pour que les Français puissent de nouveau croire en la politique.

Supprimer le Sénat

A quoi sert le Sénat ? Cette Institution coûte une fortune chaque année et en plus de cela, contribue à ralentir le processus législatif. Chaque sénateur est élu pour neuf ans au suffrage indirect et on y retrouve en règle générale tous les hommes politiques qui ont fini leur carrière ; elle me donne l'image d'une maison de retraite pour hommes politiques. D'un coût qui avoisine chaque année les 300 millions d'euros, cette Institution devrait selon moi être supprimée. En plus de faire économiser une petite fortune à l'Etat, elle permettrait aux projets de loi d'être adoptés en un seul vote devant l'Assemblée Nationale. A quoi sert ce long parcours pour le projet de loi qui, une fois voté à l'Assemblée, doit encore être présenté devant les sénateurs (qui en règle générale acceptent le projet sans rechigner) et qui ensuite retourne devant les députés pour enfin être voté en seconde lecture.

Que de temps perdu et de mécanismes administratifs qui complexifient inutilement le processus législatif en le rendant plus coûteux et moins efficace. Surtout lorsque l'on sait qu'entre le passage à l'Assemblée Nationale et sa publication au Journal Officiel (et donc son application dans la vie des Français), il faut environ dix mois. C'est une réelle aberration ! Je propose donc de supprimer tout simplement le Sénat en axant notre système législatif autour du parlement et de ses députés élus directement par le peuple. Ainsi une loi serait proposée à l'Assemblée, votée par les députés et publiée directement au Journal Officiel. Si l'on veut réformer en profondeur la France, il faut que les choses aillent plus vite et la politique doit montrer l'exemple en simplifiant son processus législatif et en modernisant sa démocratie.

Une totale transparence

Un autre point de réforme indispensable est d'aller vers une totale transparence. Qui peut connaître tous les abus et les gaspillages de nos chers représentants politiques ? Quand on découvre par la presse qu'un ministre (qui possède déjà un appartement immense à Paris !) se permet d'avoir un appartement de fonction payé 14000 euros par mois, on se dit qu'avec plus de transparence, cela ne serait jamais arrivé. Il faut que chaque dépense faite par l'Etat (ministres, députés…) puisse être publique. Non pas référencée dans un rapport inaccessible et opaque, mais au travers d'un site Internet qui serait actualisé en temps réel chaque jour avec un maximum de simplicité et de transparence. Ainsi chaque dépense pourrait y être référencée, allant du stylo acheté pour le ministère jusqu'au frais de transport et de logement… Cela engendrera une mise en concurrence entre les différents ministères qui permettra de mettre en lumière les défaillances de certains par rapport à d'autres et qui amènera donc une compétition saine pour la grande joie des Français qui pourront juger leurs représentants et surtout leurs rythmes de vie.

Simplifier l'administration par Internet

Je trouve qu'en France, nous vivons dans un pays où l'administratif a trop de place. Vous imaginez le temps que l'on perd pour remplir sa déclaration de revenue, s'inscrire à l'université, gérer une entreprise… Il faudrait alléger les formalités administratives. Nous avons la chance de pouvoir bénéficier d'un outil simple et pratique : Internet.

Développons l'accès aux différentes administrations sur internet pour que chaque français puisse régler l'ensemble de ses démarches administratives sans avoir à se déplacer. La CAF propose déjà de pouvoir faire sa demande d'APL directement par Internet. Cette procédure est révolutionnaire et permet de gagner un temps fou. Lorsque j'étais étudiant, j'ai personnellement rempli ma demande d'APL sur Internet depuis Paris
pour un appartement sur Nancy sans avoir à me déplacer jusqu'à la CAF de Nancy ! Sans compter que mon dossier a été traité encore plus rapidement, en moins de deux mois j'avais déjà mon premier versement de la CAF, ça, c'est ce que j'appelle du progrès. Deux valeurs conditionnent notre monde : le temps et l'argent. Sans l'un il est très difficile de profiter de l'autre. C'est pour cela que je pense qu'il est primordial de ne pas perdre son temps inutilement dans des tracasseries administratives. Pourquoi ne pas adopter le même procédé pour l'ensemble des démarches administratives et à l'intérieur de chaque administration publique ? Par exemple, dans un centre de santé, l'ensemble des dossiers seraient numérisés (radios…) et intégrés dans une base de données informatique sécurisée. Fini les temps d'attente pour chercher votre dossier dans les archives, le travail répétitif et fatiguant pour les secrétaires médicales ! Elles auront juste besoin d'une carte vitale pour avoir accès à un dossier. Le gain de temps, et donc d'argent, serait considérable et permettrait d'améliorer la vie de l'ensemble des Français. Il faut aussi lutter activement contre la paperasse administrative. En plus d'être déprimante, cette paperasse utilise beaucoup de place, fait perdre un temps fou, rend le travail répétitif et lassant tout en énervant les Français. Profitons de l'ère numérique pour révolutionner l'administration publique en la simplifiant.

Développer le vote électronique

Il est important de profiter de la technologie informatique actuelle pour simplifier notre manière de voter. Pourquoi l'ensemble des Français ne pourrait-il pas voter depuis leur domicile en accédant à un site internet sécurisé. Cela aurait l'avantage certain de lutter contre l'abstention. De plus, les Français à l'étranger ou en voyage pourraient voter en temps réel où qu'ils soient s'ils ont un accès internet. Cette simplification du droit de vote permettrait également de faire économiser du temps et de l'argent aux municipalités qui gère chaque élection. Ce mode de vote pourrait même permettre de révolutionner le rapport des Français aux décisions politiques. En cela qu'il serait possible de faire plus souvent des référendums (notamment pour lutter contre les conservatismes) et de demander plus souvent l'avis direct des Français. Paradoxalement, le vote par internet rapprocherait les Français de la politique et on peut même imaginer, dans un futur lointain et moderne, que chaque lois soit votée directement par les Français sans passer par un parlement. La démocratie serait alors vraiment faite directement par et pour le peuple, sans intermédiaire ou professionnel de la politique. Une véritable révolution !

 

 

Un service public au service des Français...