Pour une discrimination positive

 

Lutter fermement contre les discriminations

Le racisme est présent en France et j'ai la sensation qu'il s'est accentué durant ces dernières années. Je le sens à travers le regard, l'attitude d'un plus grand nombre de Français. Cette montée du racisme est amplifiée par la montée du chômage, le sentiment d'insécurité et il engendre de la discrimination. Il faut à tout prix lutter contre cette montée du racisme en réformant enfin la France. Sans cela, le racisme et la xénophobie risquent de continuer à augmenter et c'est la montée des extrêmes qui nous menacera alors. Ayant une double identité, les jeunes issus de l'immigration (maghrébine ou africaine) ne sont pas reconnus comme des Français par les autres Français (issus eux-mêmes de l'immigration Européenne !) alors qu'ils sont Français à 100%. Ils sont même une chance pour la France, pays vieillissant, où la population manque cruellement de jeunes.

Malgré cela, la France ne fait pas grand chose pour les aider à se sentir moins exclus. Il faut prioritairement lutter contre toutes les formes de discrimination (policière, à l'emploi, à l'habitation, à l'entrée des discothèques…) en sanctionnant sévèrement toutes les personnes, Institutions ou entreprises qui sont à l'origine de discriminations. Il faudrait pour cela faciliter les démarches administratives et judiciaires liées aux discriminations. Si la preuve est flagrante (témoins, enregistrement audio confirmé…), l'affaire pourrait passer en référé (prendre donc quelques semaines au lieu de longues années) et être jugée rapidement.

La sanction serait immédiate et dissuaderait un bon nombre de personnes auteurs de discrimination et enverrait un message fort en direction des Français issus de l'immigration. La France serait ainsi fidèle à ses valeurs républicaines et le ferait savoir.

Une plus grande représentativité publique des Français issus de l'immigration

La non représentativité publique des Français issus de l'immigration est un réel problème de société en France. Je suis moi-même un jeune Français issu de l'immigration. Je suis né en France de parents marocains qui ont ensuite été naturalisé Français ; mes origines sont donc marocaines, elles resteront à tout jamais mes racines. Je suis fier de cette double culture même si je me sens beaucoup plus Français que Marocain. Les jeunes issus de l'immigration n'ont pas (pour la majorité de la génération d'aujourd'hui) une conviction républicaine et une fierté d'être français avec les valeurs que cela implique. Et pour cause, où qu'ils aillent lorsqu'ils ont affaire à l'administration publique ils n'ont presque aucune chance de voir un interlocuteur Français issu de l'immigration. Que ce soit le maire, les conseillers municipaux, la police, l'école de leurs enfants… Et au niveau politique cela n'est guère plus encourageant lorsque l'on sait que l'Assemblée Nationale n'a jamais eu un seul député issu de l'immigration malgré des millions de Français originaires du continent africain ! Comment peuvent-ils se sentir français s'ils n'ont aucun exemple de réussite au sein de la société ?

Il faut augmenter la représentativité publique des Français issus de l'immigration afin que la fonction publique soit à l'image de la population française. En réformant par exemple la sélection des concours administratifs afin de favoriser les individus motivés et qui ne maîtrisent pas spécialement les concours tels qu'ils sont proposés aujourd'hui. Car ce qui compte avant tout, c'est la compétence, le sens du service et la motivation. L'excellente initiative de Sciences Po (qui a eu le courage de réformer la sélection de son concours d'entrée pour certains établissements scolaires en difficultés) montre l'exemple des bienfaits d'une certaine flexibilité sur les modalités de sélection. Un " Mustapha " souffrira en général d'handicaps considérables liés à un environnement difficile (enfance vécu généralement dans une cité, éducation en ZEP, des parents qui ne parlent pas bien le français, un accès à la culture restreint…) qui n'aura aucune comparaison avec un " Louis-Joseph " qui aurait grandi dans le 16ème arrondissement. C'est pour cela que je pense que la discrimination positive est indispensable pour lutter contre l'injustice sociale. L'Etat doit ainsi aider et valoriser ceux qui partent dans la vie avec des handicaps immenses et qui essayent malgré tout de s'en sortir.

Une égalité totale entre les hommes et les femmes

La discrimination entre les hommes et les femmes est encore très présente en 2005. Contrairement aux apparences, les salaires et les promotions de carrière ne sont toujours pas égales entre un homme et une femme. Cela paraît fou et montre que notre société n'est pas aussi en avance qu'on peut le penser. Il faut à tout prix que l'égalité entre les hommes et les femmes soit une réalité concrète et ceci dans tous les milieux de notre société. Aussi bien au niveau professionnel que politique, la discrimination entre les femmes et les hommes doit être sanctionnée sévèrement. Et ceci est d'autant plus facile à vérifier car il y a des moyens de comparer les salaires et les carrières entre deux salariés. Nous vivons malheureusement dans une société patriarcale où l'homme a toujours le pouvoir. J'ai été choqué de voir une photo des dirigeants du G7 alignés tous ensembles avec uniquement des hommes et pas une seule femme ! Cela me semble être profondément anormal pour des pays démocratiques. Il faut inciter les femmes à faire de la politique et favoriser leur réussite. J'ai tendance à penser qu'un monde de femmes seraient peut-être meilleur car cela serait un monde de paix où la violence serait rare. Ce sont toujours les hommes qui sont à l'origine des souffrances, des guerres et des conflits à travers le monde. Les femmes politiques de conviction apporteraient sans doute beaucoup à la France et au monde.

 

 

Une immigration juste et ferme...